• Facebook Clean
  • Twitter Clean

Un jour, soudain, le mot "création" est apparu comme un sésame.

En effet, simple petit mot de huit lettres mais combien immense de promesses! 

Devenir créatrice c'était découvrir la liberté d'expression. Ses outils? La couleur et le dessin.

 

La contemplation méditative, jamais bien loin de sa pratique de peintre lui a insufflé une dynamique radicale vers la Lumière qui paradoxalement la mena d'abord à explorer ses propres parts d'ombres.

C'est ainsi qu'aux Beaux-arts de Paris où elle s'est formée, c'est une volonté de catharsis, de guérison et de témoignage qui irrigue tout le début de son travail et ouvre la voie à l'expression poétique.

Ainsi découvert, le chemin de la peinture la guide vers les coloristes.

Sa source d'inspiration, elle la trouve dans la nature, au plus proche de ses sensations visuelles mais également auditives, olfactives, tactiles. Toutes ses perceptions entrent en jeu et s'élaborent lentement en accords colorés. Les couleurs qu'elle emploie parcourent la gamme complète de la tonalité, du plus lumineux au plus sombre. 

Ses travaux appellent le regard à scruter les surfaces. Elles foisonnent d'une diversité où se chevauchent de multiples densités: jus, aplats vaporeux, formes à peine esquissées, comme en apesanteur sont juxtaposés à côté de couches épaisses réalisées par recouvrements successifs.

Inspirés de croquis sur le motif, ses paysages sont à l'atelier réintégrés dans une recherche expressive où l'humain entre en scène car cette ouverture sur la nature se mêle à une trame mentale (ses focalisations) pour former le fil rouge de son travail sur la durée. Les paysages deviennent alors tels des décors de théâtre le lieu où l'artiste introduit sa propre subjectivité.

 

Si les "Rêveries au bord de la rivière" expriment l'apparition de l'aurore, "Natura" montre des ciels, de la terre, des arbres simplement gorgés de leur propre présence alors que "Les Crieurs" font résonner la solitude de silhouettes tendues  par leurs cris déchirant le silence. Serait-ce une traversée initiatique, là où l'être humain prend conscience de lui-même?